ALÉRIA

Les hôteliers de plein air pessimistes pour 2012 L'assemblée générale a été présidée par Bernard Cabot, qui vient également d'être élu au bureau exécutif de la fédération nationale. (Photos L.F.)

Corse Matin :: Mars 2012

Face à la situation plus que morose, les hôteliers de plein air ne veulent pas céder au pessimisme. L'assemblée générale de la fédération corse de l'hôtellerie de plein air (FCHPA) s'est déroulée il y a quelques jours dans les locaux du camping Marina d'Aléria, chez Bernard Cabot président de la fédération, en présence d'une grande partie des 35 adhérents. Ces derniers apprenaient avec satisfaction que Bernard Cabot a été élu à l'exécutif de la fédération nationale et est désormais secrétaire auprès de Philip Hirsh. Au chapitre du rapport moral plusieurs thèmes ont été développés. L'adhésion à la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) pourra permettre aux intéressés de mener des actions en commun. Cet hiver, la rencontre avec Paul-Marie Bartoli président de l'Office des transports, a permis aux hôteliers de plein air d'exprimer leurs craintes. Il a également été fait part de l'action en justice contre le Préfet suite à son refus d'intégrer la fédération insulaire au sein du conseil économique et social de la Corse (CESC). D'autre part, le FCHPA a confirmé sa participation en tant que partenaire organisateur au sein du salon des équipements touristiques (Sett) de Montpellier, qui fédère la grande majorité des hôteliers de plein air du sud de la France. Le projet d'étude avec l'université de Corte sur l'image de l'hôtellerie de plein air en Corse sera, lui aussi, mené. Un point a été fait sur les avantages de déconstruction des mobile-homes vieillissants dans un souci de protéger l'environnement. On a également insisté sur la nécessité du reclassement en étoiles* qui offre, contre toute attente, des avantages fiscaux.

Un programme prévisionnel inquiétant

Pour autant, même Bernard Cabot, habituellement optimiste, fait la grimace. Les prévisions pour la saison 2012 ont carrément été qualifiées d'inquiétantes. Et ce pour deux raisons majeures. La première concerne la SNCM avec sa proposition qualifiée de suspecte et l'autre, Air-France et ses problèmes récurrents de conflits. Les réunions des politiques sur cet épineux sujet des transports étant régulièrement repoussées, cette attitude ne présage rien de bon pour les hôteliers. De plus, les tarifs augmentent à vitesse grand V quand les rotations diminuent. On pense notamment au désengagement, depuis l'an dernier, de la Moby Line. Il est moins cher de se rendre ailleurs dans le monde notamment en Croatie, Espagne ou Tunisie que de venir en Corse. Il en est pour preuve les annulations de réservations qui atteignent près de 50% chez les hôteliers d'arrière-saison type étape hôtel . Une vraie catastrophe. Apparemment cela ne va pas aller en s'améliorant, mais même confrontés à la morosité, les hôteliers de plein air ne veulent pas céder au pessimisme.

LILY FIGARI A noter dans notre région les 5 étoiles du camping Arinella Bianca de Ghisonaccia

Ateliers : des collaborations précieuses

L'après-midi, les 35 participants à cette assemblée générale ont assisté à trois ateliers.

Le partenariat principal entre météo France et la Fédération nationale des hôteliers de plein air a permis d'élaborer une stratégie précieuse au niveau des collaborations locales. Latelier était animé par Jean-Paul Giorgetti, directeur de météo-France Corse. Un contrat météo très spécifique a en effet été mis au point. Il renseigne les clients des campings associés, et ce sur grand écran interactif, du temps qu'il fait et fera dans la région. Une collaboration d'autant plus cruciale qu'elle avertit également des « alertes foudres » et de leur progression en temps réel.

Autre intervention, celle d'Yves Poggi, docteur d'Etat ès sciences physiques, consultant international en environnement et expert judiciaire commissaire enquêteur près du TA de Bastia. Il a notamment développé la problématique de l'érosion littorale et la réglementation en matière d'exploitation littorale. Un sujet très préoccupant pour les campings du bord de mer confrontés à l'inexorable montée des eaux.

Pour sa part, Jérôme Corniquet, responsable de l'unité territoriale de la Haute-Corse, Directiôn régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) a développé le thème des précautions et de la réglementation de l'embauche de main-d'oeuvre européenne, particulièrement des pays de l'Est, un sujet souvent épineux.

Trois thèmes judicieusement exposés qui ont particulièrement captivé l'assistance

Le club fournisseurs

sponsor1

sponsor2